Aller au contenu principal

Chaire cosmologie modes B

Au cours du vingtième siècle, l’astrophysique a fait des avancées remarquables : la découverte des premières galaxies, l'observation de l'expansion, la théorie de la relativité générale ont permis de faire progresser notre connaissance de l'univers et de sa structure. La mission d'observation du satellite européen Planck en mars 2013, s'inscrit dans cette compréhension, tout en modifiant largement notre vision cosmologique de l'univers.
 
La chaire cosmologie modes B s'inscrit dans le prolongement de la mission Planck, et accompagne la recherche et la diffusion scientifique en cosmologie, pour continuer d'apporter des réponses au questionnement concernant la naissance de l'univers et son expansion.

THÉMATIQUE

Plus d’un siècle après l’avènement de la théorie de la relativité générale, et des décennies après la découverte de l’expansion de l’univers et de la présence de matière noire, les cosmologistes s’attachent à mieux comprendre les phénomènes physiques des tout premiers instants de la création de l’univers, le fameux Big Bang. Une piste à cela : analyser finement le fond diffus cosmologique, ce rayonnement électromagnétique très homogène et le plus ancien de l'univers, émis il y a environ 13,7 milliards d'années.

La mission spatiale européenne Planck (2009-2018) a apporté des mesures de haute résolution et généré en particulier, une masse de données sur la polarisation de ce rayonnement. Des ondes gravitationnelles ont laissé leurs empreintes sur cette polarisation sous deux formes : les modes B et les modes E. Ce sont les modes B qui pourraient vérifier les théories sur l'origine de l'univers, or ils sont extrêmement difficiles à détecter et de nombreux effets parasites peuvent brouiller le signal recherché ou, pire, le singer.

Les travaux de la chaire pour les prochaines années portent sur l’analyse et l’interprétation de la détection des modes B, avec un niveau de contrôle considérablement accru, dans la perspective passionnante d’étudier la phase d'inflation, cette période pendant laquelle l’univers âgé d’une fraction de seconde a connu une expansion vertigineuse…

LES PORTEURS DE CHAIRE

Hervé Dole est Professeur des Universités en physique à l’Université Paris-Saclay et membre honoraire de l'Institut Universitaire de France.
Astrophysicien, il étudie à l’Institut d’Astrophysique Spatiale (IAS) la formation et l'évolution des grandes structures. Pour comprendre ces amas et galaxies et les processus physiques qui dominent leur formation et évolution, il effectue avec ses collègues des observations avec des télescopes spatiaux infrarouge, tels que Planck, et développe de nouveaux outils d'analyse et des modèles. Il est très impliqué dans la mission Euclid dont il co-dirige une partie du segment sol. En plus des activités de recherche, il enseigne la physique, l'astrophysique et la cosmologie à l'université, et il participe à ou mène des activités de vulgarisation de l'astrophysique en donnant des conférences publiques et dans les écoles, en participant à la vie d'associations, ou encore en écrivant un livre, des articles dans la presse ou en passant à la télévision et à la radio.
Depuis 2016, il est Vice-président « art, culture, science et société » de l'Université Paris-Saclay.

Laurent Vibert est ingénieur de recherche et chargé de mission auprès du directeur général délégué à la science pour l'institut National des Sciences de l'Univers,

LE MÉCÈNE

La chaire a été créée grâce à la générosité de Jean-Louis Puget, directeur de recherche émérite CNRS à l'Institut d'astrophysique spatiale, qui a partagé le prix Shaw reçu en 2018 dans la catégorie Astronomie.

ACTUALITÉS

Chaire

Conférences confinées d'Hervé Dole

Besoin de plus d’espace en période de confinement ? Retrouvez les conférences confinées astro d’Hervé...

Article publié le : 04 janvier 2021